Connexion




Retour sur la page d'accueil

A la table de la marquise de Pompadour

Favorite du roi Louis XV, issue de la petite bourgeoisie aisée, la marquise marqua l’histoire par sa beauté et son intelligence, bien que souvent calomniée

Je vous présente aujourd’hui celle qui régna sur la cour et le cœur de Louis XV et qui fut surnommée « la marquise des plaisirs »… La marquise de Pompadour.

Jeanne Antoinette Poisson est née le 29 décembre 1724 à Paris. Elle est la fille de François Poisson et de Madeleine de la Motte.

 Depuis son enfance, Jeanne se distingue par sa beauté, sa vivacité et son raffinement. Sa mère la confie dès son plus jeune âge aux Ursulines de Poissy afin qu’elle y reçoive une éducation de qualité.

 Elle fréquentera, par la suite et toujours grâce à sa mère, les « salons de conversations ou de compagnie » très à la mode à l’époque où elle côtoiera notamment Richelieu et Montesquieu et s’initiera à l’art de la conversation.

 En 1741, elle épouse Charles Guillaume Le Normant d’Etiolles avec qui elle eut deux enfants :

Et dont elle divorça le 15 juin 1745, obtenant la garde de sa fille ainsi qu’une rente de 30.000 livres (environ 338.000€).

 En 1743, elle sera remarquée par le roi lors d’une partie de chasse en forêt de Sénart. Le 14 septembre 1745, Jeanne sera présenté officiellement à la cour et deviendra la maitresse en titre de Louis XV.  Elle se consacrera entièrement à son bien-aimé en lui offrant son amour, sa bienveillance et ses judicieux conseils.

               « Sensible et tendre Pompadour, car je peux vous donner d’avance ce nom qui rime avec l’amour, et qui sera bientôt le plus beau nom de France »    Voltaire

 

La présentation à la cour de la marquise ne fut pas chose aisée car elle ne possédait aucun titre de noblesse. Louis XV décida alors de lui donner le marquisat de Pompadour laissé sans descendance.

 L’anoblissement de Jeanne fit beaucoup grincer des dents car les jeunes anoblies, doivent selon la tradition, attendre deux générations avant de pouvoir entré à Versailles.

Louis XV décida donc de trouver une ‘’marraine’’ à la marquise afin de la faire accepter à la cour, ce que tout le monde refuse.

Le roi en viendra à faire du ‘’chantage’’ à la princesse de Conti, lui promettant d’éponger ses dettes si celle-ci prend la Pompadour sous son aile.

 Jeanne sera assez bien accepté par la reine Marie Leszczynska, mais est détesté par le dauphin et les princesses.

 La cohabitation entre la reine et la marquise se fait dans une entente cordiale. Lors de leur première rencontre, la reine prétextera la demande de nouvelle d’une connaissance commune afin d’engager la conversation.

 Jeanne profitera de son influence sur le roi pour l’inciter à ne pas délaisser totalement la reine et à continuer de lui faire des cadeaux ou la conversation, ce qui lui vaudra le respect de la reine.

 Séductrice intelligente et cultivée (lettres, architecture, musique, danse, dessin, gravure, théatre) la Pompadour profitera de vingt ans de divertissements et de fêtes mais toujours dans le but de servir son roi et son honneur.

 La marquise qui n’utilisera jamais son titre de Duchesse, œuvra avec foi et passion, à en croire des centaines de lettres retrouvées.

 En compagnie de Louis XV, elle aidera à se développer la porcelaine de Sèvres et participa à la création de l’école militaire royale.

 

 

La marquise de Pompadour aima la gastronomie dans tout ce qu’elle avait d’exceptionnelle : les produits de la terre, la cuisine goûteuse et raffinée, une façon de recevoir et de mettre en scène « à la française ».

 La Pompadour sera constamment à la recherche d’aliments aux vertus aphrodisiaques afin d’éveiller les sens du roi.

 

–   Fanfan la tulipe 2003

 –   Jeanne Poisson, marquise de Pompadour 2006 (téléfilm)

 

Interprétation par Hélène de Fougerolles.

 

Partager :

Publier un commentaire

Qui es-tu ?


Blogues-tu ?

Commentaire :


Pour recevoir la réponse tu dois te connecter avant de laisser ton commentaire ;-)
Envoi en cours...
A fait la recette A goûté la recette

Répondre

X

Contacter Nadège